Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 20:28
Lu dans La Provence

Peillon 64 eme sur 67..... en matière de participation au parlement européen...
En plus de venir dans notre région ce qui est un "crève coeur"..et se fait à l'insu de son plein gré..le bougre ne semble pas plus motivé..pour aller à Bruxelles sièger au parlement européen (ce qut quand même l'objectif d'une éléction .........européenne...). Devant aussi peu d'enthousiasme de sa part pour le job..rendons lui un service évitons de l'envoyer au parlement européen....



En gras, les députés européens de la grande région Sud-Est

  Député Parti Présence à Bruxelles Présence à Strasbourg Questions posées Propositions de résolution Nombre de rapports Avis Nombre d'interventions en plénière Déclaration écrite
1 Gérard Onesta Verts 67 207 14 21 1 2 651 0
2 Françoise Grossetête UMP 66 206 38 17 6 1 150 0
3 Martine Roure PS 66 203 22 35 12 0 255 0
4 Joseph Daul UMP 62 196 8 38 23 3 65 3
5 Margie Sudre UMP 67 207 5 3 3 1 90 0
6 Pervenche Berès PS 57 198 28 15 22 7 130 0
7 Christine de Veyrac UMP 67 206 65 0 2 0 37 2
8 Catherine Guy-Quint PS 63 200 9 3 0 3 38 3
9 Tokia Saïfi UMP 60 205 15 21 1 2 48 0
10 Carl Lang FN 63 200 13 1 0 0 127 2
11 Arif Kader PS 54 192 43 7 2 3 50 4
12 Francis Wurtz PC 58 189 14 94 0 0 124 1
13 Françoise Castex PS 56 199 13 2 1 2 54 2
14 Janelly Fourtou Avenir Démocrate 64 206 8 4 5 1 9 6
15 Véronique Mathieu UMP 57 192 15 2 1 1 50 1
16 Jean-Paul Gauzès UMP 66 194 4 1 10 3 28 3
17 Jean-Louis Cottigny PS 65 201 14 3 1 0 14 2
18 Anne Ferreira PS 54 191 19 4 2 1 40 4
19 Yannick Vaugrenard PS 63 200 13 1 0 1 17 0
20 Harlem Désir PS 54 183 20 20 1 1 49 0
21 Bernardette Vergnaud PS 62 197 5 1 1 1 35 0
22 Bruno Gollnisch FN 52 184 8 4 0 0 267 2
23 Marie-Anne Isler Béguin Verts 50 181 54 81 3 0 108 1
24 Marie-Arlette Carlotti PS 53 174 19 55 2 3 44 3
25 Marie-Hélène Descamps UMP 64 205 0 0 3 3 11 0
26 Bernard Poignant PS 53 186 27 2 0 0 28 2
27 Alain Lamassoure UMP 49 183 1 0 4 0 9 1
28 Marie-Hélène Aubert Verts 53 178 11 85 4 2 45 0
29 Jean-Marie Beaupuy MoDem 58 182 5 3 2 0 43 1
30 Catherine Trautmann PS 52 185 8 10 2 1 29 1
31 Patrick Louis MPF 50 179 8 3 0 1 49 6
32 Patrick Gaubert UMP 57 172 6 15 3 1 50 0
33 Philippe Morillon MoDem 52 179 13 42 19 4 32 0
34 Anne Laperrouze MoDem 58 191 11 7 5 1 50 0
35 Brigitte Douay PS 56 180 7 1 0 3 34 0
35 Hélène Flautre Verts 43 176 21 161 2 0 88 1
37 Lydia Schenardi FN 56 177 5 1 0 0 51 1
38 Jean-Luc Bennahmias MoDem 59 159 51 2 0 1 9 3
39 Guy Bono PS 56 178 15 1 2 1 12 1
39 Marielle de Sarnez MoDem 46 183 11 43 3 1 28 0
41 Ambroise Guellec UMP 55 190 5 0 2 0 22 1
42 Benoît Hamon PS 45 183 8 6 1 2 19 3
43 Nathalie Griesbeck MoDem 41 182 4 0 0 8 45 4
44 Ari Vatanen UMP 45 179 18 13 1 1 18 2
45 Dominique Vlasto UMP 57 169 15 0 4 1 31 0
46 Jean-Claude Martinez FN 50 173 7 0 0 0 125 1
47 Henri Weber PS 62 174 5 2 3 0 8 1
47 Jacques Toubon UMP 44 155 17 1 3 3 50 1
49 Pierre Schapira PS 49 148 16 8 1 1 28 3
50 Marie-Noëlle Lienemann PS 50 173 67 0 3 0 52 1
51 Jean-Marie Cavada Avenir Démocrate 48 157 12 9 14 4 26 2
52 Jacky Hénin PC 34 88 24 10 0 1 48 3
53 Claire Gibault Avenir Démocrate 49 165 8 2 1 7 10 3
54 Alain Lipietz Verts 37 161 16 30 4 6 25 2
55 Nicole Fontaine UMP 59 172 2 4 0 0 6 0
56 Bétraice Patrie PS 37 177 15 6 1 0 32 0
57 Bernard Lehideux MoDem 43 184 3 11 3 1 22 2
58 Marine Le Pen FN 23 136 0 0 0 0 32 0
59 Michel Rocard PS 38 141 7 8 4 3 18 4
60 Thierry Cornillet Parti Radical 32 158 8 74 4 1 26 1
61 Stéphane Le Foll PS 48 166 13 0 0 1 6 0
62 André Laignel PS 42 183 11 0 0 0 0 1
62 Gilles Savary PS 34 139 7 2 4 0 45 2
64 Vincent Peillon PS 49 152 1 0 2 1 10 1
65 Paul-Marie Coûteaux MPF 33 149 3 1 0 0 34 1
66 Jean-Marie Le Pen FN 36 163 6 1 0 0 21 1
67 Philippe de Villiers MPF 13 126 1 1 0 0 18 1

Précisions méthodologiques : ce classement des députés européens français a été établi selon deux critères : l'assiduité aux séances et les activités parlementaires. La présence a été relevée à partir des procès verbaux des séances plénières du parlement européen à Strasbourg et à Bruxelles entre juillet 2004 et janvier 2009. L'activité des députés a été analysée à partir de six critères : les questions posées, les propositions de résolution, les rapports produits, les avis, les interventions en séance plénière et les déclarations écrites. Par souci de clarté, le classement ne prend en compte que les eurodéputés qui ont effectué leur mandat dans son intégralité.

Fred Guilledoux et Jérémy Prin-Derre

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

C 07/05/2009 22:40




Et ils ont oublié les meilleurs sur leur liste
L'eurodéputé Guy Bono, nouvelle star du web
17 contributions
Publié le jeudi 7 mai 2009 à 18H24
Le député européen Guy Bono était déjà très apprécié sur Internet. Depuis hier il est célébré par certains comme un héros : son amendement anti-Hadopi a été adopté par le Parlement européen.




Guy Bono voit dans l'adoption de son amendement par le Parlement européen "un signe fort" adressé au ministre de la Culture Christine Albanel
Photo DR


En savoir plus
Retrouvez le tchat - avec Guy Bono
Lire aussi - Loi Hadopi, la querelle des anciens et des modernes
Lire aussi - Massilia Sound System en guerre contre la loi Hadopi





Guy Bono, maire-adjoint PS de Saint-Martin-de-Crau de 1983 à 2004, a longtemps été méconnu du grand public si ce n'est comme responsable de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône. En 2004, il devient vice-président du conseil régional de Paca et est élu député européen. C’est à ce dernier titre qu'il est devenu une star du web. Car hier, le Parlement européen a finalement adopté l’amendement 138, dit "amendement Bono" avec 407 voix contre 57, une victoire pour l’eurodéputé saint-martinois qui apparaît aussi comme l’unique espoir anti-Hadopi pour les internautes français. Mais en quoi consiste cet amendement ? Il appartient à ce qu’on appelle le "paquet télécoms", c’est à dire un groupe de réformes proposées au Parlement européen. Cet amendement stipule qu’"aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires". En clair, pour peu qu’on considère la possession d’une connexion à Internet comme une "libertée fondamentale", cet amendement entrave l’application de la loi Création et Internet qui prévoit une suspension de la connexion sur simple décision de l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet). Depuis l’annonce de ce vote, les commentaires élogieux des internautes ne cessent d’affluer, même s’ils restent prudents et continuent à redouter une faille dans la forme qui permettrait l’application de l’Hadopi. Le député Guy Bono s’est lui réjoui de ce "jour historique pour la démocratie européenne" lors duquel "le Parlement a dit non à Sarkozy autant sur le fond que sur la forme ! Les eurodéputés ont dit non à la riposte graduée et non aux pressions inadmissibles exercée par la France sur le premier organe démocratique du continent européen !" Une victoire sur toute la ligne pour le député PS ? Pas tout à fait. Malgré son récent succès sur la scène européenne, Guy Bono ne bénéficie pas de la même reconnaissance sur le territoire français. Après un échec l’an passé à l’élection municipale de Saint-Martin-de-Crau, les militants PS ont ratifié en mars la liste qui sera emmenée par Vincent Peillon pour les européenne. Une liste dans laquelle n’apparaît pas Guy Bono, qui payait là des querelles internes au PS : depuis plusieurs années, il était en froid avec Jean-Noël Guérini, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône et homme fort des socialistes dans la région.
Jérémy Prin-Derre ( jprin-derre@laprovence-presse.fr )


Réagissez





Les dernières contributions





Gentil13

Marseille