Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 14:36
Voilà ce qu'on appelle de l'efficacité un coup de gueule dans la Provence et c'est fini..

La Provence

Faismesdevoirs.com ou la triche en mode 2.0

Publié le mercredi 4 mars 2009 à 15H29

5 euros l'exercice de maths, 30 l'exposé d'histoire. C'est ce que propose dès demain le site Faismesdevoirs.com, sorte d'e-boutique sur laquelle les élèves peuvent poster leurs sujets et recevoir sous 48 heures et moyennant finance un corrigé réalisé par un étudiant d'une grande école. L’inscription est gratuite et donne droit à un crédit de 50 points, soit un problème de math...

Ensuite, il faut mettre la main à la poche : les devoirs sont payables par SMS, audiotel, CB ou via des cartes prépayées. "Elles seront disponibles au départ dans quelques points de vente comme des salles de jeux en réseau ou les vidéoclubs", précise Stéphane Boukris, l’un des fondateurs et tout jeune diplômé d’une grande école.

"Tu n’y arrives pas… Nous sommes là !" Avec un slogan pareil et un nom aussi provocateur, comment ne pas attirer les foudres du corps enseignant ? Sur le profil Facebook du site, on lit pourtant que la mission fixée par Faismesdevoirs.com est "d'aider les collégiens et lycéens dans leur scolarité en leur fournissant des conseils d’élèves et anciens élèves issus de grandes écoles."

Sauf que le site propose surtout des devoirs rédigés de A à Z par des super-étudiants et pas vraiment des conseils pour s'améliorer. Et puis, qu’en est-il du suivi des élèves ? Quelle influence sur la relation entre l’élève - qui tout d’un coup rendra des devoirs parfaits sans pour autant comprendre le sujet - et le professeur qui croit noter le travail de son élève ?

Stéphane Boukris, fondateur de Staaff, l'un des premiers site de services à la personne, a réponse à tout : "les correcteurs doivent mettre des indications de correction" et "indiquer les notions qui doivent être connues pour ce sujet."

Sur de nombreux forums, les enseignants s'indignent de cette initiative. Certains reprochent "d’inciter à la triche", d’autres considèrent que "c’est un manque de respect envers les professeurs et l’école en général". Cyril, professeur d’économie à Aix-en-Provence, n’est "pas contre ces sites internet qui proposent une aide aux élèves en difficulté. Certains mis en place par l’Académie elle-même proposent des travaux qui peuvent permettre d’alimenter une réflexion". Pour Marlène, professeur de biologie à Marseille, "le risque est aussi de créer une sélection par l’argent".

L'idée n'est pas nouvelle mais Faismesdevoirs.com l'a perfectionnée. En fait, il existe déjà plusieurs sites de soutien scolaire tels que cyberprofs.com, maxicours.com ou encore cyberpapy.com qui proposent, moyennant finance, fiches de cours, corrections de sujets ou forums sur lesquels des enseignants répondent aux questions des élèves. Mais aucun ne s'était lancé dans de la correction "sur-mesure".

C'est ce que Cyril reproche à Faismesdevoirs.com : "cela supprime toute notion de travail personnel". Et ce n'est pas les "indications" des correcteurs qui y changeront quelque chose.


Pascal Linte 

 

 

Et trois jours après...lol

Libération 7 /03/09

Faismesdevoirs.com ferme déjà ses pages

Au lendemain de son lancement, le site marchand qui proposait de faire les exercices scolaires à la place des lycéens et collégiens annonce la fin de son activité. L'équipe présente même ses excuses.


Le site internet faismesdevoirs.com, qui proposait de faire les exercices scolaires à la place des lycéens et collégiens moyennant 5 à 30 euros, a annoncé vendredi sa fermeture, au lendemain de son lancement.

Dans une brève note datée du 6 mars à 18h00, sous le titre "Fermeture de faismesdevoirs.com", l'équipe du site "présente ses excuses" et propose de "rembourser 100 % des commandes dans les huit jours sur simple demande par mail".

Avant même son lancement jeudi, ce site avait suscité les critiques du ministre de l'Education nationale, des syndicats d'enseignants et de parents d'élèves.

Joint par l'AFP en début de soirée, le créateur du site Stéphane Boukris, ancien élève de l'Essec, a assuré qu'il "n'avait subi aucune intimidation". Il a affirmé que le site avait compté jeudi "80.000 connections en moins de trois heures d'ouverture".

"Nous aurions eu pour des millions d'euros de commandes de manière tout à fait légale mais nous ne voulions pas être mêlés à la paupérisation intellectuelle du pays" provoquée par ce site, a-t-il ajouté.

Sur le site de faismesdevoirs.com, l'équipe explique dans sa note : "Il y a bientôt un mois, nous avons eu l’idée de mettre à disposition des internautes un outil pédagogique innovant".

"Nous tenons à vous présenter toutes nos excuses dans la mesure où nous réalisons à ce jour, à quel point ce site va à l’encontre de nos propres valeurs", poursuit la note sans autre précision.

L'équipe "souhaite faire en sorte que les générations futures soient meilleures que les précédentes, et faismesdevoirs.com ne pourra en rien y contribuer" et conclut que les "nouvelles technologies doivent servir à nous améliorer et non à nous assister".

Le site Le Post.fr a relevé en fin d'après-midi que les collaborateurs de Stéphane Boukris, dont les photos étaient également présentées sur le site, ne précisaient pas leurs propres diplômes contrairement à Stéphane Boukris.

La facturation prévue, avec paiement par SMS, cartes prépayées, mandat postal ou paypal, allait de 5 euros pour un exercice simple en mathématiques à 30 euros pour un exposé complet.

Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos s'était déclaré hostile à cette formule : "Le meilleur endroit pour être éduqué et pour avoir des copies corrigées, c'est l'école de la République, je n'encourage nullement des dispositifs payants qui permettent de rendre ces services-là".

(Source AFP)




Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

HDP 09/03/2009 09:35

Etonnant que personne ne relève la disparité pouvant exister entre deux enfants issus de milieux sociaux diamétralement opposés ? Car si ce site apportait une solution ouverte à tous les cancres grâce à une aide payante, les devoirs discrétement réalisés par les parents cultivés sont complétement passés sous silence.Pourtant celà existe et les enseignants eux même en sont parfaitement conscients.