Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 14:47
ET nous on fait ça quand en France ?





Émoi autour d'un slogan athée sur les bus anglais



De notre correspondant à Londres, Cyrille Vanlerberghe 12/01/2009 |

Sur plus de 800 autobus dans tout le pays, des affiches annoncent que «Il n'y a probablement pas de Dieu. Alors arrêtez de vous inquiéter et profitez de la vie». Une campagne publicitaire initiée par Ariane Sherine

Sur plus de 800 autobus dans tout le pays, des affiches annoncent que «Il n'y a probablement pas de Dieu. Alors arrêtez de vous inquiéter et profitez de la vie». Une campagne publicitaire initiée par Ariane Sherine (notre photo), une jeune journaliste. (AP Photo/Akira Suemori) Une association chrétienne demande l'interdiction d'affiches publicitaires niant l'existence de Dieu. L'autorité de surveillance de la publicité en Grande-Bretagne va avoir la rude tâche de devoir décider si Dieu existe ou non. En moins d'une semaine, plus d'une centaine de plaintes ont été déposées contre une grande campagne d'affichage athée et agnostique lancée la semaine dernière sur plus de 800 autobus dans tout le pays. En grandes lettres roses et orange, les affiches annoncent que «Il n'y a probablement pas de Dieu. Alors arrêtez de vous inquiéter et profitez de la vie». Ce slogan est le fruit d'une initiative prise par une jeune scénariste et journaliste de 28 ans, Ariane Sherine, qui avait été irritée par des panneaux évangélistes sur des bus londoniens. Les affiches renvoyaient vers un site Internet sur lequel on peut lire que ceux qui rejettent Dieu seront condamnés à souffrir en enfer pour l'éternité. Profitant d'une tribune dans le quotidien The Guardian, elle a lancé en juin 2008 l'idée d'une souscription pour financer une campagne destinée à rassurer les non-croyants. Elle essayait au départ de rassembler au moins 5 500 livres, mais la campagne a rapidement pris de l'ampleur, avec le soutien du très médiatique biologiste britannique Richard Dawkins, puis l'implication de la British Humanist Association (BHA), un mouvement athée et agnostique qui milite entre autres pour la séparation de l'Église et de l'État en Angleterre. Au final, l'initiative d'Ariane Sherine a recueilli plus de 140 000 livres (150 000 euros) de dons de particuliers, ce qui a permis le lancement d'une campagne nationale la semaine dernière. Malgré le succès inespéré, la jeune auteur de comédies télévisées ne prend pas sa publicité trop au sérieux : «J'aimerais que les gens regardent les bus et sourient.» Suivant les conseils de l'agence publicitaire, c'est aussi elle qui a insisté pour que le slogan comporte le mot «probablement». Aujourd'hui dans le métro Mais la nuance n'a pas fait sourire Stephen Green, directeur du groupe de pression Christian Voice, qui a enregistré une plainte devant l'autorité de surveillance de la publicité (ASA). Cet activiste chrétien, qui fait aussi campagne contre l'homosexualité et l'implantation de mosquées en Grande-Bretagne, demande l'interdiction des affiches athées, en expliquant qu'elles sont en infraction avec le code britannique sur la publicité car elles font des affirmations qui ne peuvent être prouvées. Stephen Green n'est pas seul à avoir été choqué et l'autorité de réglementation de la publicité avait recueilli dimanche 101 plaintes. L'organisme prend l'affaire au sérieux et ­reconnaît avoir reçu la déposition de Christian Voice : «Nous l'avons consignée et nous l'évaluerons dans les prochains jours.» La plupart des chrétiens ne sont pas aussi choqués que Stephen Green, et certains d'entre eux, comme le révérend Jenny Ellis de l'Église méthodiste, se félicitent «de cette occasion de parler des grandes questions de l'existence». «Je ne sais pas du tout dans quel sens ira le jugement de l'ASA, s'amuse Hanne Stinson, la directrice de l'association humaniste britannique, mais je les plains s'ils doivent juger de la probabilité de l'existence de Dieu !» Après les bus, le deuxième volet de la campagne publicitaire athée et agnostique commence aujourd'hui dans le métro de Londres. Des affichettes portant des citations d'athées ou humanistes célèbres comme Katharine Hepburn, Albert Einstein, Douglas Adams et Emily Dickinson seront visibles dans les wagons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Gilbert SOULET 22/01/2009 16:04

Salut Cyril,British pour British, je pourrai répondre:" Honni soit qui mal y pense" !Mon amitié, Gilbert de pertuis en luberon