Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 22:16
On est saisi de voir la violence et la vitesse du retournement de veste. On a le droit d'avoir des divergences des contradictions mais des retournements de vestes à ce point non.


Dans  Libération, Bové (allié à Cohn Bendit et Waechter)  explique que sa "démarche consiste à regarder devant (vers la gamelle) , plutôt que dans le rétroviseur (là où a eu lieu la ...gamelle) . Il y a quand même une vraie difficulté de l'arc de force du non de gauche à articuler des solutions sur la crise qui prennent en compte le défi planétaire de la crise climatique. Beaucoup restent sur une logique archéo-souverainiste dans le cadre étroit de l'Etat nation: enfermons-nous entre nous et ça ira mieux comme ça!" (Des noms on veut des noms allez José maintenant que tu as ton poste de député européen tu peux balancer !!) car  "quand il s'agit de dire non pour dénoncer une politique, les différentes sensibilités sont capables de s'unir et de dépasser leurs désaccords ;°  Mais qand il s'agit de dire oui pour construire un projet alternatif, les logiques boutiquières et personnelles prennent vite le dessus"


J'imagine la fureur légitime de ses soutiens à la présidentielle !!!  Non décidemment la politique ne se fait pas avec de la morale.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël 28/12/2008 11:46

En même temps, s'il reconnaît ses erreurs, et l'échec de la stratégie du Non, tant mieux... tous n'ont pas cette honnêteté !

13770 28/12/2008 07:05

Devant, serait-ce l'écuelle ?Dans le rétroviseur... la gamelle qu'il s'est ramassée ?