Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 21:22
En ce moment Libération sert la soupe à Cohn Bendit (de manière un peu trop outrancière..) Je l'aime pourtant bien Dany..mais là c'est too much...

Voilà par exemple l'interview de Eva Joly


Par exemple regardez la question...


Vous avez d’abord contacté le Modem ?

Dans le tableau politique français, je n’imaginais travailler qu’avec le PS, le Modem, les Verts. J’excluais l’UMP et les alliés de Nicolas Sarkozy. J’aurais été un peu perdue chez les socialistes pris par leurs batailles internes. J’ai pensé faire un bout de chemin avec François Bayrou mais, quand Dany Cohn-Bendit m’a contactée, j’ai senti qu’on partageait le même combat. Je suis chez moi dans ce rassemblement Europe Ecologie.

Pourquoi préférez-vous être numéro 2 en Ile-de-France plutôt qu’être tête de liste ailleurs ? Je me sens débutante en politique et il me semble que je suis une bonne numéro 2 de cordée ! Dany porte l’écologie au niveau européen depuis plus de quinze ans : il a une légitimité politique que je n’ai pas. La synergie est forte entre nous, et nos histoires sont un peu similaires : nous sommes tous deux européens, pas français d’origine mais farouchement français par amour et par la vie que l’on a vécue ici.

Libération 5 décembre...

Ce qui est curieux c'est que les journalistes en arrivent à un tel degré de naiveté ..ou de complicité..car certes on admire le combat d'Eva Joly ..mais les faits sont à ma connaissance plus que différents....de ce que présupposent ces questions...Et en tout cas les articles publics vont dans un autre sens...

Je crois que c'est pas vraiment ce qui s'est passé. Si j'ai bien compris c'est plutot que Eva Joly est allée gratter une tête de liste pour les européennes à Bayrou.. qui ne lui a pas donné...Le quarteron de fidèle de Bayrou a été les députés européens. Le bougre dans son sens de l'honneur n'a pas sacrifié ses amis pour Eva Joly... Dommage pour le Modem.qui y a (à mon avis,) beaucoup perdu. C'est donc après celà que Eva Joly a découvert les vertus de Cohn Bendit...ça change un peu la morale de l'histoire...

Partager cet article

Repost 0

commentaires