Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 21:58


Bayrou aux socialistes: «Nous aurons besoin les uns des autres» en 2012
Lors de l'université du Modem à Cap Estérel, ce week-end, le leader centriste s'est présenté comme l'opposant principal à Nicolas Sarkozy. Et il a lancé, sans les nommer, un appel aux socialistes en vue de la présidentielle de 2012.
LIBERATION.FR : dimanche 7 septembre 2008

François Bayrou, qui aspire à être le pivot de l’opposition à Nicolas Sarkozy, a appelé dimanche les socialistes à se rapprocher du MoDem pour réussir l’«alternance» en 2012, en clôturant l’université d’été de son parti à Cap Estérel, près de Saint-Raphaël (Var).

«Le jour où la question de l’alternance sera à l’ordre du jour, la question sera celle de l’efficacité», car «toute victoire électorale suppose des rassemblements», a déclaré l’ex-candidat à la présidentielle, devant plus de 2.000 militants.

«Le rassemblement suppose (...) d’accepter la différence» et «s’il le faut la concurrence», a lancé le président du Mouvement Démocrate (MoDem) dans un message aux socialistes, sans les nommer.

«Faire bouger les lignes politiques»

«Nous aurons bien besoin les uns des autres le jour où il s’agira de construire ensemble», a-t-il déclaré. «Je sais bien qu’il n’est pas facile de passer des frontières, mais c’est en passant des frontières qu’on bâtit des pays pionniers».

Tout au long de cette «université de rentrée», le leader centriste a voulu se poser en principal opposant à Nicolas Sarkozy, à la place d’un Parti socialiste qu’il juge englué dans une «crise de fin de cycle», sans leader et avec une «idéologie d’un autre temps».

Les propos du député européen Vincent Peillon, proche de Ségolène Royal, évoquant vendredi dans Libération la possibilité d’un «contrat de gouvernement» avec le MoDem, sont tombés à point pour celui qui ambitionne de «faire bouger les lignes» politiques.

Une République «de moins en moins démocratique»

Parmi les principaux invités à Cap Estérel figuraient l’ancien ministre PS des Affaires étrangères Hubert Védrine, ainsi que la romancière Fred Vargas, très engagée dans le mouvement de soutien à l’ex-membre des Brigades rouges Cesare Battisti.

Le député des Pyrénées-Atlantiques s’en est pris de façon très offensive à la politique de Nicolas Sarkozy. «La République en France, elle est de moins en moins démocratique, de moins en moins laïque et de moins en moins sociale», a-t-il déclaré dimanche, dénonçant une «régression».

«Crime de lèse-pelouse»

Celui qui veut faire du MoDem une «force de résistance», avec des socialistes mais aussi des gaullistes, a dénoncé l’«injustice» et l’«arbitraire» de nombreuses décisions (affaire Tapie, fichier Edvige, financement du RSA), citant le limogeage du chef de la sécurité en Corse pour «crime de lèse-pelouse de copain de sa majesté» et a regretté une «extraordinaire ambiance de cour».

En 2012, «les Français chercheront une société humaniste pour prendre la place de la société d’injustice» du pouvoir actuel, a-t-il affirmé, en dressant les grands axes du «projet de confrontation» autour duquel, veut-il croire, se rassembleront «une majorité de Français».

«Réforme fiscale de grande ampleur»

Ce projet devra favoriser la «création» au niveau des entreprises, des chercheurs et des artistes, comporter «une réforme fiscale de grande ampleur qui favorise l’initiative et le risque» et instaure le «prélèvement à la source» de l’impôt sur le revenu, a-t-il dit.

Il devra viser «une société juste», en se concentrant sur «l’école» avec «un effort national sur le plus jeune âge dans les milieux fragiles», ainsi qu’une «société durable» avec, pour réduire la dette publique, un nouvel objectif pour le déficit public, de 1,5% du PIB au lieu de 3%. «C’est le chiffre à partir duquel la dette n’augmente plus», a-t-il calculé.

Il a aussi repris les principaux thèmes de sa campagne en 2007: «séparation des pouvoirs», «loi électorale juste», indépendance des médias et de la justice.

AFP

Le plus embêtant c'est que tous au Ps jouent à front renversé. Martine Aubry qui a fait alliance avec Fabius (la pseudo gauche du Non au Ps) a fait alliance à Lille aux municipales avec le Modem.. Segolène appelle elle à l'alliance avec le Modem..(c'est la pauvre sa dernière carte) alors qu'elle a vivement critiqué toute reférence au libéralisme (lors de la sortie du bouquin de Delannoe).. et Ségolène est soutenue par de nombreux élus qui ont refusé cette alliance (voir par exemple localement le gang des aixois qui est derrière elle ). Delannoe qui avait tout pour faire alliance sur Paris avec le Modem et qui aurait du vu ses positions sur le libéralisme..se refuse à l'alliance avec le Modem... (nombre de ses soutiens ont localement fait alliance avec le Modem) afin de gagner le congrès à gauche....

Pour ma part je trouvais cette position du Modem de faire alliance au coup par coup selon les villes génante.. Car si je continue à croire que l'on battra Sarkozy dans une grande alliance entre un Modem transformé en centre gauche jusqu'à la gauche de la gauche...je ne crois pas au ni ni.  Les déclarations de Bayrou vont elles dans ce sens de devenir l'aile gauche d'une grande coalition anti-sarkozy ? L'idée doit quand même le chatouiller ?? Il doit se dire qu'il a surement une carte à jouer lors de la prochaine présidentielle vu l'état du Ps... Et que tout se joue à sa capacité à être devant le PS au premier tour (6 points ...voire moins si le NPA et d'autres taillent des croupières au PS) ... Cette stratégie des municipales n'est elle pas  en définitive un coup de maître.. elle décrédibilise un Ps qui ne sait plus où donner de la tête et se retrouve piégé entre ses baronneries et postures éléctorales locales (son réalisme éléctoral) et ses prises de positions nationales de Congrès...(son gauchisme de Congrès). Et si Bayrou avait lors des municipales fait exploser le molletisme de certains socialistes ??? Attendons de voir...

Ps J'étais ce week end à Cap Esterel pour causer décroissance et développement durable dans le cadre d'une plénière (à l'invitation de Jean Luc Bennahmias)..l'ambiance été sympa et studieuse. Quelle ne fut pas ma surprise de voir  une salle pleine (au moins 800 personnes ) venir débattre du développement durable.. J'ai pu y découvrir des adhérents aux positions variées . J'y ai  même rencontré des militants Modem décroissancistes... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires