Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 20:49
2010 commence et ....ça meurt dans tous les sens.....

Mano Solo nous quitte et bizarrement je découvre qu'alors que j'étais fan il y a quelques années j'ai laissé passer ses derniers albums... Je remets un disque sur la platine et reprend un coup d'émotion. Oui on fera pas de vieux os et la vie c'est pas du gâteau.

Eric Rohmer nous quitte et ça me fait pas grand chose car on avait arrété depuis longtemps d'aller voir ses films...

Daniel Bensaid meurt.... et je me rappelle la lecture de l'un de ses ouvrages
Éloge de la politique profane, publié en 2008. Il y parle de représentation de la politique  en s'inspirant beaucoup de Carl Schmitt, refusant d'enraciner une ethique politique dans la transcendance et ne la laissant être que le produit d'un rapport de force. Renvoyant la politique à la notion de guerre et ne laissant quasiment aucune place pour un espace politique que Habermas appelle "l'agir communicationnel". Tout étant politique et tout n'étant que rapport de force... Malgré l'érudition je dois dire que cela ne m'avait pas convaincu. Je ne partageai pas  cette opinion et n'ai jamais trop compris comment il pouvait concilier une vision tragique et mélancolique de l'histoire et le messianisme révolutionnaire de la LCR... Mais bon j'ai pas tout lu... Ce qui est sur c'est qu'au moins ça pensait et on était loin des discours creux de la gauche française... C'est devenu si rare.

Philippe Seguin décède..lui qui avait tenté de moraliser la politique se trouve encensé par les voyous, lui qui avait défendu un gaullisme social se voir couvert d'éloge par les UMP les plus libéraux et atlantistes qui ont abandonné le gaullisme, lui qui avait écrit le discours de Bachelot pour le PAcs se voit encensé par la droite la plus réac capable de propos anti homo (suivez mon regard sur aix..)..lui qui avait essayé de moraliser la droite se voit rappeler au bon souvenir d'un prof de droit aixois parti  au  TOGO... Tout est possible comme dirait l'autre..

Non il ne fait pas bon mourrir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Cyril Di Méo 14/01/2010 23:31


Merci du conseil. Je regarderai cela avec un autre oeil..j'avais décroché il y a une dizaine d'année trouvant que les films se ressemblaient un peu trop et préférant un autre cinéma moins
contemplatif.


Fabien Niezgoda 14/01/2010 16:31


Commentaire bien sec sur Rohmer. Ce grand cinéaste était pourtant également un fin observateur du paysage (cf. par exemple Conte d'automne), de la vie urbaine (Les Nuits de la
pleine lune, L'ami de mon amie) et un écologiste sincère (cf. la fine analyse donnée dans L'arbre, le maire et la médiathèque de 1992, ou le propos
liminaire de son dernier film Les amours d'Astrée et de Céladon à propos du Forez).