Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 11:07

Une bloggeuse aixoise s'est commise récemment avec un post racontant la vie "tumultueuse" d'Alain Joissains, sur les plans personnels et judiciaires. Ceci après un article complaisant de La Provence (puisque c'était quand même cela l'objet initial de la critique). Alain Joissains a demandé le retrait de cet article.

Lire la chronique de cette demande.

www.cixi-helene.over-blog.com
Une question persiste que peut on dire sur Alain Joissians ?  En tout ca voilà ce qu'ont écrit plusieurs journaux nationaux sans être attaqués.

Libération Michel HENRY samedi 29 avril 2006

Maryse Joissains fait surtout le rapprochement avec l’affaire qui a touché son mari Alain, lorsqu’il était maire d’Aix, au début des années 80, condamné en 1985 « pour complicité de recel de fausses factures », pour des travaux dans la villa du père de Maryse Joissains. L’affaire induira des drames en série, selon la maire. Son père « se suicidera », sa mère « mourra de chagrin », son mari « refera sa vie », sa fille sera « victime d’un cancer très grave ». « Tout cela est directement lié à l’affaire [Alain] Joissains. » Et qui est responsable ? « Monsieur Beaume était le substitut de première instance de l’affaire Joissains », écrit-elle au président de la République. D’une citoyenne lambda, on se demanderait si elle n’a pas sombré dans le délire. Là, venant d’une élue de la République...


NOUVELOBS.COM | 13.02.2008 | Nathalie Funès

A l’époque, ce n’était pas Maryse qui était maire d’Aix-en-Provence, mais Alain. Il avait tout juste 40 ans.

Fils d’un résistant du réseau Alliance, mousse dans sa jeunesse, engagé volontaire en Algérie à 17 ans, docker sur le port de Toulon pour payer sa capacité en droit, avocat inscrit au barreau d’Aix, jeune loup du Parti radical, un temps même attaché au cabinet de Jean-Jacques Servan-Schreiber, éphémère ministre de la Réforme sous Giscard … L’ascension du maire d’Aix est brisée net un jour de janvier 1983, par un article du « Canard Enchaîné » où il est écrit noir sur blanc qu’il fait construire une villa à son beau-père, Roger Charton, grâce aux fonds destinés au CES Saint- Eutrope, sur les hauteurs de Saint-Antonin-sur-Baillon, à quelques centaines de mètres de la propriété de Gaston Defferre. Alain Joissains sera finalement condamné en appel à deux ans d’emprisonnement avec sursis et 150 000 francs d’amende pour complicité de recel d’abus de biens sociaux.

Mais est ce pour cela qu'Alain Joissains a demandé le retrait de cet article ?? A mon avis il ne le pourrait pas ...sa demande ne peut donc reposer que sur la diffamation concernant sa vie familiale...à moins que ce soit de l'intox...

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Aixo-Blogosphère
commenter cet article

commentaires