Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 19:30
Conseil municipal du lundi 28 avril 2008

Tout est dit dans la titre.




Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article

commentaires

rounp up 04/05/2008 22:00

hélas, socialiste de coeur depuis plus de 30 ans,  je ne peux que constater et déplorer l'attitude des représentants officlels du PS... mais il faut s'attendre à tout , venant de ceux qui nous représentent au conseil municipal au nom de la Gauche ...Désolée ....

UPA 03/05/2008 19:59


Conseil municipal : l'Union pour Aix dénonce les collusions UMPS


Membre de l'"UNION POUR AIX", je vous livre ici la réaction de notre mouvement local concernant les manoeuvres politiques que la gauche municipale et la majorité joissiniste ont immédiatement mis en oeuvre dans le dos des Aixois, dès leur élection.Les Aixois doivent le savoir : la seule vraie opposition municipale aujourd'hui et demain, c'est François-Xavier de PERETTI et l'Union pour Aix qui l'incarnent... nous sommes les seuls à etre restés fidèles à nos convictions, nos valeurs et au mandat que nous ont confié les électeurs.


COLLUSIONS
Disqualifiée par une connivence éhontée avec la majorité, la gauche municipale aixoise laisse ses électeurs orphelins et aux seuls démocrates, libéraux et membres de la société civile de la liste Génération Aix (UNION POUR AIX) la responsabilité de faire vivre à Aix la démocratie municipale.Beaucoup ont ressenti, à raison, un climat politique pesant depuis l'installation du nouveau conseil municipal. L'origine en est très claire.La Démocratie mise à mal Nous assistons à une collusion sans précédent entre élus du groupe le PS- PC-extrême gauche et la majorité municipale. Or, cette collusion déroge aux règles de fonctionnement normal d'un conseil municipal qui voudrait que l'opposition y assume son rôle.
 
Car il est on ne peut plus malsain qu'une opposition soit pieds et points liés à la majorité, qu'elle n'ait pas l'ambition de faire vivre un véritable débat démocratique , qu'elle renonce à se poser en force d'alternance, à exercer une vigilance stricte sur la conduite des affaires de la ville et à défendre des propositions pour lesquelles ses électeurs ont voté.La quete des avantages du pouvoirLoin de cette conception de leur rôle, les élus PS-PC et d'extrême gauche s'acharnent à obtenir de la majorité l'octroi de quelques titres, postes supplémentaires et avantages personnels : 
 




Une vice-présidence de l'intercommunalité et une indemnité substantielle pour Monsieur Agopian,


de nombreuses présences dans des commissions pour d'autres,


divers sièges d'administrateurs dans les multiples organismes associés à la gestion communale, pour d'autres encore.


Cette conduite est d'autant plus malheureuse qu'elle légitime, en contrepartie de ces avantages, une majorité sans assise populaire, puisqu'à Aix la majorité municipale ne représente que 44% des électeurs alors que l'opposition pèse 56% de voix.
 
Elle est d'autant plus malvenue que ce paradoxe résulte directement du refus des socialistes de former un front démocrate au soir du premier tour de l'élection, front qui eût permis le changement de politique tant attendu par une majorité d'Aixois. Bourgeois de CalaisLa gauche ayant remis, comme les Bourgeois de Calais, les clefs de la ville au camp Joissains entend manifestement retirer de sa faute au moins quelques dividendes.Que reste t-il de crédibilité à cette gauche municipale qui choisit de s'associer au camp qu'elle combattait et blâmait, il y a encore quelques semaines ? Car rien ne lui interdisait de bâtir une opposition constructive et de se poser en force de proposition et de dialogue.

Gilbert SOULET 30/04/2008 07:56

Cher Cyril bonjour,Tout est dit dans le titre?Tu n'as pas tort, mais tu n'as pas raison!A un moment donné, et sans pour autant renier ses convictions, il faut faire avancer le schmilblick surtout lorsque les principales formations sont au coude à coude, donc sans majorité confortable. Le cas inverse laisserait les citoyens dans la mouïse; Et çà, tu ne le souhaites pas. Car à mon sens, l'intérêt général doit primer; Je me garderai de vouloir donner leçon; Je te le dis franchement qu'en tant que militant et même vieux militant syndicaliste de la CGT des cheminots, j'ai toujours fait mien ce dicton:" ni entrer dans le jeu, ni rester en marge de ce qui se passe!" J'admets cependant que l'équilibre sur le fil du rasoir n'est pas confortable. Seules les convictions et la raison doivent nous guider dans la défense de l'intérêt de tous.Mon amitié, et bon courage.Gilbert.Ps) Tu imagines que lorsque je suis allé manifester devant le CEA de Cadarche en attirant l'attention sur le 22 e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, j'avais oublié mon appartenance à la CGT?