Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 20:50


J'ai beau avoir longuement médité sur le sujet je n'arrive pas à m'y faire. Le tragique est vraiment insupportable. Je me croyais vacciné par ma lecture assidue de Unamuno, Pascal, Morin mais surtout Clément Rosset... il n'en est rien. L'effet de sidération est toujours là lorsque le réel s'impose dans son "principe d'idiotie et de cruauté". J'ai repris la lecture du "Réel et son double " réédité il y a quelques mois sous le titre "L'école du réel" et tout est là.

Le détour par la philosophie permet de décrire le sentiment violent d'amertume qui m'habite depuis la victoire de Joissains. Des fois elle permet de saisir mieux que tout la réalité. Amertume car je vois cette situation de défaite se mettre en place lentement depuis des années.  Le scénario écrit par certains s'est déroulé inéluctablement.

Car tout était écrit.. la volonté de faire une campagne éclair en quelques mois en surfant sur une vague nationale. L'idée psychorigide qu'un seul scénario pouvait être écrit.. celui d'une triangulaire...à gauche. Ce sentiment de certitude qui était déja à l'oeuvre en 2001 lorsqu'avec violence les membres de la liste Convergences avaient été exclus de toute alliance.(j'y étais ce soir là à la place des prêcheurs)  Situation qui n'a fait avec les mêmes personnages que se répéter 7 ans après..un coup à gauche ..un coup au centre. Le réel bégaye..les individus réecrivent souvent la même histoire.

J'ai bien avec un certain nombre de mes amis essayé de mettre en place des dispositions pour arrêter l'inéluctable ..avec ces idées qui ont parues si saugrenues à certains... primaires de l'opposition, puis idée d'alliance arc en ciel de la gauche et du centre...rien n'y a fait.

Le tragique s'est imposé à nous.. Joissains a été réélue. Mon amertume est grande d'avoir vu se dérouler une catastrophe que j'ai passé de nombreux mois à annoncer...amertume de ne pas avoir eu assez de pouvoir, de force afin d'imposer un choix autre.. afin de réussir à déjouer le piège qui s'était formé autour de nous, afin de changer de scénario. J'aurais peut être du écouter Clémént Rosset et ne pas me risquer à la prétention de chercher à modifier le réel. Peut être aurais ju du m'abandonner au destin de cette défaite ne pas chercher à sortir de la tragédie...

J'ai à titre personnel quasiment tout perdu dans cette tentative...exclu d'un parti pour lequel j'ai donné 15 ans de ma vie et qui porte théoriquement mes valeurs d'écologie.... départ du conseil municipal où j'ai pendant 7 ans essayé de porter des valeurs de gauche et d'écologie...ce qui me tient profondément à coeur.Tout perdu sauf mon honneur d'avoir agit en homme politique c'est à dire en homme libre de défendre ses opinions contre l'avis des appareils et des apparatchiks et ce contre la malveillance de leurs valets journalistes... C'est peut être cela ce que Clément Rosset appelle la "joie tragique" face à la "logique du pire" en s'inspirant de Nietzsche... regarder le Titanic percuter l'iceberg mais avoir été sur le pont pour annoncer le naufrage et tenter de l'éviter...à moins que ce soit cela l'illusion politique.. là où la joie tragique aurait consisté à laisser le réel se dérouler et ne pas avoir la vanité de croire le modifier. Joie tragique de profiter de la fragilité du réel sans prétendre le modifier, "amor fati"  loin de la prétention et de l'illusion du politique... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christophe 27/03/2008 08:21

De toute façon, la loi du marché est la. Quand le baril de pétrole sera a 200 €uros, méme Maryse aménagera la ligne SNCF ...... L'écoologie OUI, les écologistes... bof ....

Un de la Bande 26/03/2008 18:41

Vous n'avez pas tout perdu.
Beaucoup de gens ont compris votre attitude, d'autres non, mais vous avez été en phase avec vous même, c'est bien là l'essentiel.

Le combat continue, vous avez perdu une bataille, mais en politique, si on ne perd pas, on ne gagne pas, ou plus.

Continuez, dans le fond, vous le savez, vous avez raison.
Les défis sont devant nous, relisez René Dumont, il a tout indiqué dans ses ouvrages et depuis longtemps.

La situation est dure aujourd'hui, mais c'est justement maintenant, que le combat pour l'écologie commence.
Les prémices d'une crise économique de toute première ampleur sont là, vous le savez vous êtes économiste.
C'est maintenant que nous avons besoin de gens comme vous.

La Droite agit dans le conjoncturel, la Gauche, dont vous n'avez pas cesser d'être, dans le structurel.

DD 26/03/2008 18:15

Pour les électeurs, il ya des logiques. Voyez le score des candidats verts aux cantonales sur Aix : inconnus au départ, lachés par leur leaders partis sur une autre liste, ils font plus de 10% des voix.
10% des voix que vous n'avez pas apporté à FXP et de très loin. Depuis 2007 vous avez mené une aventure d'abord seul puis avec un encore plus imbu de sa personne FXP : une seule chose vous unissait le rejet de M JOISSAINS, alors quand qq UMP se sont fait virer ils sont venu vous rejoindre.
Un apport des verts illisible dans un programme complètement flou, et vous-même dans le rôle du renégat traînant sa poche de fiel envers la liste de gauche ( relisez vous à froid vous verrez.....)

Cela s'appelle se planter complètement.

Maigre consolation : responsabilité partagée à gauche entrez tous...

Malhac 26/03/2008 13:50

Tout homme politique doit un jour traverser le désert pour grandir et mieux revenir.
Tu n'as à mon sens aucuns regrets à avoir.Tu as fais ce choix car tu sentais bien qu'il n'y en avait pas d'autres compte tennu des protagonistes.

Kolova 26/03/2008 12:20

Bonjour Cyril,
A mon sens, tu n'as aucune amertume à avoir. Tu as été cohérent avec toi-même et avec tes idées. Tu as fait passer l'urgence écologique avant les misérables petites tractations entre appareils qui se moquent de l'éthique des équipes en place.
Tu as peut-être adopté une stratégie qui a perdu, mais elle n'était pas perdante au départ.
Je ne pense pas que tu doives regretter d'avoir quitté la mare aux gentilles Grenouilles vertes. Elle est actuellement colonisée par une bande de Crapauds-Buffles exogènes qui sont avant tout des prédateurs et n'ont aucun état d'âme quant aux dégâts qu'ils causent. Ils ont gardé les paroles mais ont complètement perdu l'air de la chanson de nos âmes. C'est pourquoi tout ce qu'ils disent sonne faux.
Tu es toujours écolo, moi aussi.
C'est le plus important. Continue à militer surtout !
Un jour les Crapauds-Buffles se boufferont entre eux et on pourra revenir...
Amical soutin d'une ex-future-verte